Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le label SAGE attribué à la Chambre d’agriculture

Sur le bassin d’alimentation du captage de Pierrepont, la Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle porte l’action « Réduction d’utilisation des phytosanitaires par les exploitants agricoles : mise en place de Mesures Agro Environnementales ». Elle a reçu le label SAGE en novembre 2017.

La Chambre d'agriculture a reçu le label SAGE ferrifère pour l'action de réduction de l’utilisation des phytosanitaire par les agriculteurs sur le bassin d’alimentation du captage de Pierrepont.  Le label a été remis fin novembre par Vincent Matelic, président de la CLÉ du sage et Morgane Pitel, vice présidente à Jérémy Jenesson, membre du bureau de la Chambre d'agriculture et Corinne Revest, chef de service agronomie-environnement. Le captage des sept fontaines à PIERREPONT fait partie des captages dégradés SDAGE au titre des phytosanitaires, mis en priorité N°1 par la MISEN, Mission Inter-services de l'Eau et de la Nature, structure associant l’ensemble des services de l’Etat et Etablissements Publics concernés par les thèmes de l’eau et de la nature. L’aire d’alimentation du captage de Pierrepont est importante, environ 1600 ha de SAU et touche 6 communes. Ces dernières sont incluses dans l’opération Agri Mieux « Crusnes Chiers »

6 exploitations engagées

 

L’enjeu principal des MAE Territorialisées vise la lutte contre la pollution par les phytosanitaires grâce à une modification de leur système de cultures. L’animation collective associée à un accompagnement individuel de la Chambre d’agriculture a permis la contractualisation de six exploitations de 2012 à 2016. . L’allongement des rotations, l’intégration de nouvelles cultures, l’utilisation des couverts végétaux, le travail du sol, la génétique sont autant de techniques apportant un certain nombre de solutions à ce nécessaire changement.  Agri Mieux   est  le laboratoire de ces nouvelles techniques et de ces changements.  Au niveau des résultats, les modifications de pratiques des exploitations agricoles qui ont réduit de 30 à 50 % l’indice de fréquence de traitement phytosanitaire (IFT).

L’impact sur la qualité de l’eau est plus compliqué à mesurer, d’autres facteurs intervenant notamment les conditions climatiques. Même si une tendance à l’amélioration semble se dessiner au niveau des analyses de phytosanitaires dans l’eau, celle ci doit être confortée.

 

Corinne REVEST
Chambre d’agriculture 54