Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Développer l’approvisionnement local des artisans des métiers de bouche

Développer l’approvisionnement local des artisans des métiers de bouche

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Au regard des enjeux sociaux, environnementaux et économiques de demain, la qualité de l’alimentation est désormais au centre de beaucoup d’attente des consommateurs pour leurs achats en direct ou lors des consommations hors domicile, par exemple en restauration.

Pour répondre à ces enjeux, la Chambre d’agriculture et la Chambre des métiers et de l’artisanat de Meurthe-et-Moselle travaillent en partenariat sur différentes actions et programmes de développement.

Un premier temps fort et mobilisateur est proposé dans le cadre de la semaine de l’alimentation durable organisée par le Conseil départemental 54 du 14 au 20 octobre 2019.

 

Dans ce cadre se tiendra, le lundi 14 octobre, une rencontre professionnelle pour favoriser la mise en relation commerciale entre producteurs et artisans de l’alimentation de Meurthe-et-Moselle.

La rencontre contribuera à amorcer la structuration de l’approvisionnement en produits locaux des artisans de l’alimentation, elle se poursuivra dans le cadre d’un projet  ciblant les artisans cuisiniers, jusqu’en décembre 2020.

25% des artisans des métiers de bouche intéressés pour acheter du « local »

Une « enquête artisans » réalisée en 2018, auprès d’un échantillon de 20 % des artisans des métiers de bouche du territoire du Sud 54, soit plus de 200 entreprises, a permis de constater que 25 % des chefs d’entreprise souhaitent participer à une rencontre avec les agriculteurs - producteurs de leur territoire. La catégorie de métier qui s’est montrée la plus intéressée est celle des artisans-restaurateurs. Cette activité touche une grande diversité de produits nécessaires aux menus, ce qui est clé pour mener une démarche construite auprès de l’ensemble des producteurs locaux.

L’enquête conforte donc l’idée qu’il existe un réel potentiel d’entreprises qui pourraient entrer dans des démarches structurantes et innovantes.

Une trentaine de stands de promotion et dégustation proposée aux agriculteurs

La rencontre se déroulera dans le hall du Conseil départemental 54 de 15 h à 17 h 30.

L’inscription est obligatoire. La mise à disposition des stands est assurée par le conseil départemental (pas de vente sur place). Une  pré-inscription en ligne se fait à l’adresse suivante :

 http://meurthe-et-moselle.fr/actions/transition-écologique/semaine-de-lalimentation-durable/rencontre-professionnelle-producteurs

L’inscription en ligne ne vaut pas confirmation. Celle-ci sera validée à réception du formulaire d’inscription renseigné et signé avant le 30 septembre, que vous trouverez en pièce jointe sur le site. Renseignements complémentaires : Nicole LE BRUN ou Annelise LOUYOT – Chambre d’Agriculture – 03.83.93.34.10

 

Témoignage

Bernard MANGIN, EARL Ô Maribelle à Ochey, s’est inscrit à la journée du 14 octobre pour rencontrer des restaurateurs et des traiteurs.

Arboriculteur passé en bio en 2011, sur 45 hectares de vergers (mirabelle, quetsche, cerise) plus des fraises.

Sa spécialité: la fabrication de sorbets avec ses fruits, production fermière originale et quasi unique en Meurthe-et-Moselle. A partir de mai tous les week-ends sont consacrés à des manifestations grand public : fêtes, marché…Il y vend jusqu’à 400 L de glaces et sorbets.

Adhérent à Végafruit, Bernard développe également ses débouchés vers les particuliers pour les sorbets (via des magasins de producteurs, le drive Emplette paysanne, une ruche et une AMAP)
L’agriculteur s’intéresse désormais également aux débouchés chez les professionnels (restauration collective, artisans, commerçants)

Pour Bernard MANGIN : 

« L’intérêt sera de pouvoir augmenter les volumes de transformation, les ventes en période hivernale et la valeur ajoutée des fruits transformés. Cela pourra aussi me permettre de gagner en notoriété quand l’artisan est de renommé. Les points de vigilance à bien organiser, vont concerner la logistique de livraison, car les commandes risquent d’être de petite quantité et dispersée sur le territoire».